L’école supérieure des arts Saint-Luc Liège

Anonymat
vendredi 15 septembre 2017
popularité : 30%

Du 1er octobre au 30 novembre 2017
Au cinéma Churchill

Exposition proposée par Wégimont Culture au cinéma Churchill est le premier volet d’une opération conjointe avec l’ESA Saint-Luc Liège. Le second volet à l’ESA ouvrira ses portes à la mi-novembre (gare aux courants d’air).

 Wégimont Culture 299

Anonymat

Les temps culturels que nous traversons semblent être ceux de l’hyperconnection des individus, de la surmédiatisation des peoples du narcissisme complaisant et triomphant, de l’hypertrophie galopante des egos. Pourtant, en réaction à ces phénomènes ou indépendamment d’eux, jamais la question de l’anonymat n’a peut-être été aussi présente ou aussi prégnante : fuite, résistance ou affirmation, elle prend de multiples visages, se déguise ou se travestit, se regroupe en collectifs, se déploie en activisme, recouvre nos murs trop propres ou vandalise nos impeccables certitudes, taille en brèche le marché de l’art ou la propriété privée. Insaisissable, elle apparaît ou disparaît, heurte ou invite, se manifeste aussi bien qu’elle se dissout.

Cet automne, l’école supérieure des arts Saint-Luc, à l’initiative de son conseil culturel, célèbre l’anonymat, à travers manifestations et ateliers, expositions et conférences, réflexions et créations, interventions intra et extra muros. à travers ce biais peuvent en effet se voir abordées bien des questions connexes : celle de l’artiste et de son statut ; celle du plagiat, de l’influence ou de la référence ; celle de l’originalité, de la propriété intellectuelle, du droit de citation (ou du droit à l’invisibilité) ; la question de la signature et ses liens avec la valeur (marchande ou symbolique, réelle ou présumée) de l’oeuvre ; la question aussi, tout simplement (et depuis au moins Lascaux), des oeuvres non attribuées à travers l’Histoire et l’actualité des arts, la grande question des identités et des différences.

Toutes les sections sont conviées, toutes les pratiques et les techniques sont mobilisées, tous les savoirs sont concernés : transversale et touche-à-tout, cette thématique devrait mettre à mal quelques cloisons trop étroites ou quelques repères trop confortables, favoriser les passerelles ou le travail de groupe.
Wégimont Culture a d’emblée décidé de s’associer à l’opération, en mettant à sa disposition les cimaises de sa galerie au Churchill !
Alors, à vos masques ! Prêts ? Partons. Et surtout, partons sans reconnaissance ni célébrité…
signé : un passant

 Wégimont Culture 300

Automne anonyme

Ceci n’est pas — cela aurait pu être — une exposition d’oeuvres anonymes. Ce n’est pas davantage du street-art déguisé, une opération à ciel couvert ou à visage dissimulé, un interventionnisme domestiqué et chaudement galerisé.
C’est, tout simplement, plus simplement en tout cas, une exposition qui nous parle de l’anonymat. Qui modestement questionne l’individu et sa singularité ; qui explore l’impersonnalité, à l’ère de la prolifération, de la profusion, de l’indifférenciation. C’est déjà pas mal. Sont réunis ici, sans qu’il soit besoin de les épingler, des créateurs plus ou moins professionnels, en devenir ou amateurs ; issus de l’ESA Saint-Luc Liège, de l’Académie des Beaux-Arts, ou d’ailleurs ; professeurs, jeunes diplômés, transfuges ou étudiants actuels.
Au jeu (toujours un peu hasardeux) du qui-fait-quoi, sûrement l’artiste a-t-il plusieurs masques. Et sûrement plusieurs images — de marque.
Il peut s’agir ici de questionner la masse indistincte, la répétition et la variation, l’accumulation jusqu’au vertige, comme dans le travail photographique d’Eric Van den Berg, ou encore dans celui de Dominique Castronovo qui, aux côtés de Bernard Secondini, efface le sens et dissout insensiblement les icônes du Septième art. Il peut s’agir de retravailler des photos trouvées, non datées ou non attribuées, comme dans le travail pictural d’interprétation de Roman Couchard, ou de réappropriation de Jean-Paul Laixhay.

Un visage n’est jamais complet, il garde son dosage d’opacité et d’évidence : c’est ce que sous-entendent les portraits troublants de Charlotte Delleur ou de Florian Tourneux. Qui dira d’où viennent ces images sans affectation, simples évocations ou apparitions formelles remodelées par Raphaël Coibion ? Mais surtout, qui dira d’où viennent et où vont ces êtres, ombres sans nom, âmes errantes saisies il y a peu de temps pourtant par Nadine Delrez, dans les abords hostiles des côtes méditerranéennes ?…

Qu’ils mettent à mal la foire aux égos, la visibilité des visages ou la lisibilité des images, sûrement chacun des artistes ici présents se différencie-t-il des autres en ceci qu’il est le même qu’eux — mais différemment. Encore se peut-il qu’il ne s’agisse ici que de pseudonymes, de prête-nom, de trompe-l’oeil. Mais aussi, de formes d’engagement qui ne se plient pas aux cases et qui n’exigent pas d’étiquettes.
signé : un passant

A l’ESA, Saint-Luc Liège, l’exposition « Anonymat » est visible
du 17 novembre au 16 décembre 2017
les mercredis, jeudis, samedis de 14 à 18h et les vendredis de 10 à 18h
Vernissage le 16 novembre à 18h


Galerie du Cinéma Churchill, rue du Mouton Blanc à 4000 Liège
Galerie ouverte tous les jours de 14 à 24 heures, les week-ends et fériés de 12 à 24 heures
Renseignements Asbl WEGIMONT CULTURE
Gsm : 0477 38 98 35
info@wegimontculture.be

A l’ESA, Saint-Luc Liège, l’exposition « Anonymat » est visible du 17 novembre au 16 décembre 2017 les mercredis, jeudis, samedis de 14 à 18h et les vendredis de 10 à 18h / Vernissage le 16 novembre à 18h
Plus d’infos sur l’expo,à l’ESA : www.saint-luc.be
Renseignements à propos des oeuvres exposées au 0499 36 45 99 ou au 0477 38 98 35.


Navigation

Articles de la rubrique

  • L’école supérieure des arts Saint-Luc Liège